Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018

 
 
Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018

A l'occasion du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR), du 9 janvier 2018, le Premier ministre a annoncé plusieurs mesures fortes pour faire baisser la mortalité sur les routes. Ce plan vise à refaire de la sécurité routière un enjeu national de première importance.

La politique de sécurité routière est un impératif national qui doit mobiliser toutes les composantes de la société française. Parce que l'insécurité routière n'est pas une fatalité, une série de mesures a été prise pour infléchir la courbe de l’accidentalité routière de manière franche.
 
 Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR)  a dégagé trois axes majeurs pour la politique de sécurité routière du quinquennat :

  1. l’engagement de chaque citoyen en faveur de la sécurité routière ;
  2. la protection de l’ensemble des usagers de la route ;
  3. l’anticipation pour mettre les nouvelles technologies au service de la sécurité routière.

 Ces trois axes renvoient à 18 mesures dont 7 mesures fortes :

  • Mobiliser l'ensemble de la société en favorisant l'engagement de chaque citoyen ;
  • Baisser la vitesse maximale de 90 km/h à 80 km/h, sur les routes à double sens sans séparateur central. Un bilan serait effectué au 1er juillet 2020 ;
  • Lutter contre l'alcool et l'emprise de stupéfiants au volant, en multipliant, par exemple, l'usage des éthylotests anti-démarrage ;
  • Lutter contre l'usage des téléphones portables au volant ;
  • Renforcer la protection des piétons en sécurisant les abords des passages piétons, mais aussi en augmentant la répression des  conducteurs en faute  ;
  • Renforcer les actions de prévention, en matière d'éducation routière, notamment à l'endroit des jeunes ;
  • Encourager les conducteurs vertueux qui seraient récompensés par les pouvoirs publics. Une réflexion sera menée par le Conseil national de la sécurité routière au cours du 1er semestre 2018.

Après une baisse continue de la mortalité routière depuis  1970, celle-­ci a connu trois années consécutives de hausse de la mortalité routière : 3,4 % en 2014, 2,2 en 2015, 0,5% en 2016. L'année 2017 marquera encore une stagnation. La route reste la première cause de mort violente du pays : 9 morts et 65 blessés graves par jour en 2016. L’année 2017 confirme cette tendance.
 
 Aujourd'hui, la vitesse reste la première cause des accidents mortels en France (31 %), suivie de l’alcool, puis des stupéfiants (19 % et 9%). Le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents est celui des routes à double sens sans séparateur central (55% de la mortalité routière).
 
 Pour diminuer la mortalité sur les routes, le Gouvernement reste totalement mobilisé : "il est devoir du Gouvernement de se saisir pleinement du sujet et de prendre tous les mesures nécessaire pour qu'il y ait moins d'accidents sur les routes. Notre seul et unique objectif, c'est de sauver toujours plus de vies chaque année sur les routes", a affirmé Édouard Philippe, au cours du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR).

Télécharger le dossier de presse :

> DossierdepresseCISR09012018 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 3,51 Mb