Sécheresse et agriculture en Haute-Saône : actions et aides de l'Etat

 
 
Sécheresse et agriculture en Haute-Saône : actions et aides de l'Etat

Devant la sécheresse persistante et ses conséquences sévères pour l’agriculture de la HauteSaône, l’État a mis en place des actions locales et nationales pour accompagner la profession agricole dans cette période très difficile. Les services de l’État en Haute-Saône sont mobilisés pour la mise en œuvre des mesures suivants en faveur des agriculteurs

1  -  Dégrèvement  de  la  taxe  foncière  sur  le  foncier  non  bâti

Une  mesure  de  dégrèvement  généralisée  des  taxes  foncières  sur  le  foncier  non  bâti  a  été  mise en  œuvre  très  rapidement  dans  l’ensemble  du  département.

Celle-ci  porte  sur  40  %  du  montant  de  ces  taxes  pour  les  terrains  en  nature  de  cultures  et  de prairies.  Elle  représente  pour  la  Haute-Saône  un  montant  de  l’ordre  de  1,7  million  d’euros.

2  -  Dérogations  aux  règles  de  la  Politique  Agricole  Commune  (PACPolitique agricole commune)

Des  mesures  de  dérogations  exceptionnelles  pour  les  règles  de  la  PACPolitique agricole commune  ont  été  accordées  à  la France  par  la  Commission  européenne.  

Le  cas  de  force  majeure  a  été  reconnu  pour  la  nonlevée  des  couverts  végétaux  à  vocation  environnementale  (Surface  d’Intérêt  Environnemental  SIE). Ainsi  les  exploitants  qui  ont  semé  leur  couvert  sans  que  celui-ci  n’ait  levé,  n’auront  pas  à demander  individuellement  de  dérogation.  Ce  couvert  sera  reconnu  comme  valable,  y  compris en  cas  de  contrôle.

3  -  Majoration  des  acomptes  sur  les  aides  PACPolitique agricole commune  et  ICHN

L’acompte  initialement  prévu  à  hauteur  de  50  %  a  été  majoré  jusqu’à  70  %  pour  les  aides surfaces,  et  85  %  pour  l’ICHN  (indemnité  compensatoire  de  handicap  naturel).

Ces  paiements  représentent  un  montant  de  41  millions  d’euros,  versés  sur  les  comptes  des exploitants  entre  le  16  et  le  19  octobre  2018.  Des  versements  complémentaires  interviendront dans  les  prochaines  semaines,  notamment  pour  les  aides  animales  à  l’issue  des  périodes  de détention,  avant  le  versement  des  soldes  en  décembre.

4  -  Calamités  agricoles

Au  niveau  national,  une  réunion  spécifique  du  Comité  National  de  Gestion  des  Risques  en Agriculture  consacrée  aux  pertes  sur  prairies  est  programmée  en  février  2019.  

D’ores  et  déjà une  mission  d’enquête  aura  lieu  en  Haute-Saône  avant  début  novembre  pour  évaluer  la situation  et  les  pertes  dans  un  échantillon  d’exploitations. Cela  pourra  conduire  à  déposer  au  niveau  national  un  dossier  de  reconnaissance  de  calamités agricoles  après  vérification  des  critères  d’éligibilité  pour  le  département.

5 – Tarif  de  la  prophylaxie  vétérinaire

Compte  tenu  des  difficultés  rencontrées  par  les  éleveurs,  le  préfet  s’opposera  à  toute  demande  de revalorisation  du  tarif  de  prophylaxie  vétérinaire.

6  -  Suivi  de  la  situation

Le  ministère  de  l’agriculture  est  régulièrement  tenu  au  courant  de  l’évolution  de  la  situation  et  des besoins  des  exploitations  agricoles  par  le  Préfet  et  ses  services,  en  vue  de  poursuivre  les  mesures d’accompagnement. Localement,  la  situation  est  suivie  en  permanence  avec  un  examen  très  régulier  des  initiatives  à prendre,  y  compris  en  liaison  avec  les  collectivités  territoriales.  

La  Région  et  le  Département  ont  à  cet égard  décidé  de  mesures  complémentaires.  Des  contacts  fréquents  existent  naturellement  avec  les représentants  de  la  profession  agricole,  à  laquelle  l’État  exprime  son  soutien  et  toute  son  attention dans  ce  moment  très  difficile. L’agriculture  est  un  atout  pour  nos  territoires  et  notre  économie  qu’il  est  essentiel  de  préserver  et consolider,  de  même  évidemment  que  ceux  qui  la  font  vivre.  

C’est  en  ce  sens  que  des  sollicitations  ont également  été  faites  auprès  de  la  MSAMutualité sociale agricole  par  le  Préfet.  

Enfin,  les  mécanismes  habituellement  mis  en œuvre,  permettant  d’examiner  les  situations  justifiant  des  mesures  particulières  pour  le  paiement  des charges  fiscales  ou  sociales,  seront  mobilisés  en  tant  que  de  besoin.