Actualités

Point sur la situation sanitaire actuelle et le renforcement des mesures de lutte contre la Covid-19

 
 
Point sur la situation sanitaire actuelle et le renforcement des mesures de lutte contre la Covid-19

1. La situation sanitaire actuelle

La France, comme d’autres pays en Europe, fait face depuis le début du mois de septembre à une deuxième vague de contamination par le virus du Covid-19. Le virus circule à nouveau rapidement sur l’ensemble du territoire français.

Depuis le début de la pandémie, ce virus a fait 32 000 morts en France. Il tue plutôt les personnes âgés : 90 % des victimes de ce virus avaient plus de 65 ans. Il frappe aussi les individus qui ont d’autres pathologies : un diabète, de l’hypertension, de l’obésité. Les plus précaires sont davantage exposés au virus du Covid-19.

Actuellement, entre 1,3 et 1,4 millions de tests sont réalisés chaque semaine au niveau national. Chaque jour, 20 000 nouveaux cas sont détectés et environ 200 personnes rentrent en réanimation.32 % de nos services de réanimation sont occupés par des patients atteints du Covid-19. Nos services de réanimation sont donc aujourd’hui dans une situation de tension.

En Haute-Saône, la situation sanitaire s’est rapidement dégradée depuis le mois de septembre et plus fortement encore en octobre passant d’un taux d’incidence de 36 pour 100 000 habitants pour la semaine du 30 septembre au 6 octobre à 92 pour 100 000habitants le 19 octobre soit un taux quasiment multiplié par 3.

L’impact commence à se faire ressentir sur le fonctionnement normal des hôpitaux, avec une augmentation des personnes hospitalisées du fait de la Covid-19, y compris en réanimation, même si dans le département, le niveau actuel reste inférieur à celui du pic épidémique du printemps dernier.

En Haute-Saône, 22 personnes sont actuellement hospitalisées dont 2 personnes en réanimation. Le nombre de décès s’élève à 81 personnes, soit quatre nouveaux décès par rapport aux données du printemps.

Covid-19 : Les chiffres clés en France au 19 octobre 2020

Bilan covid 19.10

Source : Agence nationale de santé publique

2. Les mesures sanitaires nationales

Le Premier ministre a décrété l’État d’Urgence Sanitaire sur l’ensemble du territoire à partir du samedi 17 octobre 2020 en raison de l’accélération de la circulation du coronavirus et de la nécessité de prendre des mesures fortes et rapides face à une situation préoccupante susceptible de mettre sous forte tension notre système hospitalier.

L’ensemble du pays est concerné par le passage en État d’Urgence Sanitaire et certaines mesures préventives s’appliqueront désormais partout en France :

  • Tous les rassemblements de plus de 6 personnes sur la voie publique ou dans les lieux ouverts au public sont interdits. Les fêtes communales, évènements sportifs ne pourront pas être organisés. Toutefois, demeurent autorisées :

    1° les manifestations revendicatives sur la voie publique mentionnées à l’article L. 211-1 du code de la sécurité intérieure ;

    2° les rassemblements, réunions ou activités à caractère professionnel ;

    3° les services de transport de voyageurs ;

    4° les établissements recevant du public dans lesquels l’accueil du public n’est pas interdit en application du décret ;

    5° les cérémonies funéraires organisées hors des ERP ;

    6° les visites guidées organisées par des personnes titulaires d’une carte professionnelle ;

    7° les marchés (voir l’article 38 du décret).

  • Toutes les fêtes privées(cérémonies, mariages, soirées, événements festifs ou associatifs, etc.) dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites dès lors que le port du masque ne peut être assuré de manière continue ;
  • Tous les restaurants appliqueront le protocole sanitaire qui a été récemment renforcé et prévoit notamment la limitation à 6 du nombre de clients par table et l’enregistrement du nom des clients ;
  • Dans tous les établissements recevant du public assis (cinémas, cirques, gradins des établissements sportifs, salles de conférence, auditoriums, etc.), la règle d’un siège sur deux s’applique entre deux personnes ou entre deux familles ou groupe d’amis désormais limités à six personnes au maximum ;
  • Dans les établissements recevant du public avec espaces debout et circulants (musées, salons, centres commerciaux), une jauge par densité de 4 m² par visiteur est instaurée.

Par ailleurs, le gouvernement a décidé de mettre en œuvre un couvre-feu dans les 8 départements de la région Île-de-France ainsi que 8 métropoles : Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse.

Les critères retenus pour choisir les villes en couvre-feu sont les suivants : incidence à plus de 250 pour 100 000 habitants, incidence des personnes âgées supérieure à 100, taux d’occupation des lits de réanimation supérieur à 30 % et une dynamique conduisant à un dépassement des 50 % dans les prochaines semaines.

Carte couvre-feu

Dans les villes qui seront concernées par le couvre-feu, les sorties et déplacements seront interdits de 21h00 à 06h00 du matin sous peine d’une amende de 135 € et jusqu’à 3 750 € en cas de récidive.

Ces mesures sont entrées en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi et s’appliqueront jusqu’au 1er décembre (4 semaines avec le décret d’urgence sanitaire et au-delà avec l’accord du Parlement). Elles feront l’objet, comme toutes les mesures, de réévaluations fréquentes afin d’en adapter la territorialisation et l’intensité.

3. Les mesures départementales complémentaires

Au regard de l’évolution de la situation sanitaire en Haute-Saône, Fabienne Balussou, préfète de la Haute-Saône, a décidé, après concertation avec les associations d’élus, les parlementaires et le président du conseil départemental, de renforcer les mesures sanitaires mises en œuvre dans le département.

L’obligation du masque a été étendue par l’arrêté préfectoral n°70-2020-10-17-001 portant obligation du port du masque pour les personnes de onze ans et plus, à l’occasion des évènements et des rassemblements de nature à créer des concentrations de public et dans les lieux et activités susceptibles de générer des espaces d’attente dans les communes du département de la Haute-Saône.

Ainsi, à compter du samedi 17 octobre et jusqu’au samedi 14 novembre 2020 à minuit, le port du masque sera obligatoire pour les personnes de onze ans et plus :

  • Aux abords des salles des fêtes, salles polyvalentes et des salles de spectacles et des cinémas dans un périmètre de 50 mètres, aux heures d’usage de ces établissements, et sur les parkings attenants, aux mêmes horaires ;
  • Aux abords des établissements scolaires et d’enseignement supérieur, dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties, aux heures d’ouverture de ces établissements, ainsi que sur les parkings attenants, aux mêmes horaires ;
  • Aux abords des bars et des restaurants, des commerces, des commerces ambulants, des grandes et moyennes surfaces et des services publics, et se trouvant en situation d’attente avant d’accéder à ces établissements ;
  • Aux abords des lieux destinés aux transports en commun, dans un périmètre de cinquante mètres. Sont concernées les gares, gares routières et arrêts de bus (y compris scolaires) ;
  • Dans les événements sportifs (pour le public) ;
  • Dans l’enceinte des cimetières publics lors des cérémonies funéraires que celle-ci soit religieuse ou laïque.

Le port du masque demeure obligatoire aux termes de la réglementation nationale sur les lieux de travail, sur les marchés, dans les transports collectifs et les ERP clos.

La préfète de la Haute-Saône tient à rappeler que chacun est pleinement acteur de la lutte contre la propagation du virus et ses conséquences sanitaires, sociales et économiques.

Durant la période de la Toussaint, afin de ne pas être amené par une dégradation accrue de la situation sanitaire à prendre des mesures plus contraignantes encore, chacun doit limiter autant que possible les échanges et regroupements familiaux qui ne permettraient pas de respecter la nécessaire distanciation sociale et les gestes barrières élémentaires.

Pour rappel, le non-respect de port du masque est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4e classe, soit 135 € et, en cas de récidive dans les 15 jours, d’une amende prévue pour les contraventions de 5e classe, soit 1 500 €, ou en cas de violation à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours, de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende ainsi que de la peine complémentaire de travail d’intérêt général.

Covid

> DP_Etat d'urgence sanitaire Covid - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,29 Mb